> Mon chat - Maladies > Les maladies infectieuses
Les maladies infectieuses

Le coryza ou grippe féline

Qu’est-ce que la maladie ? Comment mon chat peut-il l’attraper ?

Semblable à la grippe, le coryza est une maladie infectieuse très contagieuse due à plusieurs bactéries et virus - tels que l’herpèsvirus, le calicivirus et la chlamydia - qui s’attaque aux muqueuses de l’organisme.

 

Si tous les chats peuvent en être atteints, les chatons ains que les animaux vivant en refuge ou en collectivité courent un risque plus élevé de contracter la maladie.

 

Les virus qui provoquent le coryza sont transmis par contact direct, via la salive ou les écoulements oculaires des chats infectés. Ils peuvent également être transmis par les gouttelettes projetées dans l’air lors d’éternuements. 

Attention ! Il est également possible que nous transportions les microbes sur nous via l’environnement (vêtements, semelles de chaussures ou même des objets).

Quels sont les symptômes ?

En fonction des virus responsables de la maladie ainsi que de l’âge de l’animal, des signes variés peuvent apparaitre chez les animaux infestés. En effet, chez les jeunes chats, encore fragiles, la maladie aura des conséquences beaucoup plus graves que pour le chat adulte.

  • De manière générale, les symptômes de la maladie sont similaires à ceux du rhume et s’expriment alors par une toux ainsi que des éternuements et écoulements nasaux
  • Parfois, d’autres problèmes peuvent apparaître comme une inflammation des yeux, des vésicules dans la bouche ou sur la langue (surtout causé par le calicivirus), l’apparition de plaies sur les pieds ou encore une boiterie.
  • Enfin, dans de rares cas, le chat peut souffrir de fièvre ou d’une pneumonie

 

Lorsque le virus de la chlamydia est impliqué dans la grippe féline, le chat développe presque toujours une conjonctivite sévère et la membrane nictitante (troisième paupière) apparait, comme illustré ci-dessous.

 

Même si le phénomène reste rare, le virus de la chlamydia peut également se transmettre à l’homme, provoquant chez nous une conjonctivite bégnine.

Comment traiter la maladie ?

Si vous pensez que votre chat a contracté la maladie, consultez immédiatement votre vétérinaire afin qu’il réalise un examen général de votre animal. En cas de besoin, pour confirmer le diagnostic, il prélèvera des secrétions au niveau des yeux et de la bouche afin de les tester en laboratoire.

 

En cas d’affection avérée, votre chat recevra des soins adaptés lui permettant de lutter contre les symptômes de la maladie. En effet, il n’existe à ce jour aucun médicament permettant de combattre directement les virus du coryza. En fonction de la gravité de la maladie, il peut également être nécessaire que le chat soit hospitalisé

 

De plus, lorsque la chlamydia est impliquée dans la maladie, le chat – et tous ses congénères proches – doivent subir un long traitement avec des antibiotiques.

Le saviez-vous ? L’un des virus responsables de la maladie, le calicivirus, peut survivre longtemps dans l’environnement et donc contaminer de nombreux objets. De plus, les chats qui surmontent ce type de maladie restent souvent porteurs des virus incriminés et continuent donc à les propager (après environ 60 jours pour la chlamydia, des mois voire des années pour le calicivirus et à vie pour l’herpèsvirus).

Comment prévenir la maladie ?

Une vaccination contre la maladie est le moyen le plus efficace de protéger votre animal du coryza ! 

 

Fortement recommandé, et faisant partie de la vaccination de base chez le chat, le vaccin contre la grippe féline protègera votre animal du calicivirus et du virus de l’herpès. Afin de maintenir l’immunité, celui-ci est à renouveler chaque année pour les chats à risque élevé (par exemple, ceux qui sortent à l’extérieur) ou tous les trois ans pour les chats d’intérieur.

 

Si votre chat est en contact régulier avec d’autres de ses congénères ou qu’il est prévu qu’il séjourne en pension, il est également recommandé d’effectuer une vaccination contre la chlamydiose, qui peut être également inclue dans le vaccin combiné.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Chez le jeune chat, le coryza est en effet fatal dans 50% des cas.

Le typhus ou panleucopénie féline
Qu’est-ce que la maladie ? Comment mon chat peut-il l’attraper ?

Le typhus ou panleucopénie féline est une maladie grave et fortement contagieuse, causée par un virus très dangereux pour la santé de nos animaux : le parvovirus.

 

La maladie se répand très vite dans l’environnement, en grande partie via les selles des chats infectés. Cependant, votre compagnon peut également être confronté au parvovirus via un contact direct avec un chat porteur du virus (malade ou convalescent) ainsi que via des objets contaminés (vêtements, semelles de chaussures, sol). 

 

Très tenace, le parvovirus résiste aisément aux désinfectants et est même capable de survivre jusqu’à un an dans l’environnement !

Le saviez-vous ? Le virus de la maladie est identique à 98% à celui qui cause la parvovirose chez le chien. Bien que les symptômes soient semblables, la maladie ne se transmet pas de chien à chat et inversement. Apprenez-en plus sur la parvovirose du chien ici.

Quels sont les symptômes ?

Les premiers symptômes de la maladie apparaissent quelques jours seulement après l’infection de votre chat par le virus. Vous constaterez d’abord chez votre compagnon une perte d’appétit et éventuellement une forte fièvre.

 

Par la suite, environ 10 jours après la contamination, le virus s’attaque au système gastro-intestinal de l’animal entrainant de graves symptômes tels que des nausées et vomissements ainsi qu’une diarrhée grave pouvant contenir du sang. Le chat infecté souffrira donc également, au cours de cette deuxième phase, d’une grande déshydratation

 

De plus, le virus nuit gravement à l’immunité du chat, si bien qu’il devient beaucoup plus sensible à d’autres agents infectieux. 

 

Quand une chatte enceinte est infectée, le virus se propage vers les chatons pouvant provoquer un avortement ou des lésions cérébrales aux petits qui viendraient à naître. 

 

Chez de très jeunes chatons, le cervelet (partie du cerveau) peut également être touché, provoquant des troubles de la coordination ainsi que des tremblements musculaires. 

Comment traiter la maladie ?

Si vous pensez que votre chat a contracté la maladie, consultez immédiatement votre vétérinaire et emportez, si possible, un échantillon de ses selles. Le vétérinaire effectuera une série d’examens afin de déterminer si votre animal souffre du typhus félin. 

 

En cas d’infection avérée, votre chat sera hospitalisé sur le champ et recevra un traitement l’aidant à combattre le virus par lui-même (perfusion pour l’hydratation, antibiotiques). En effet, aucun médicament actuel ne permet de directement tuer le parvovirus.

 

Même avec une détection et un traitement précoces, l’issue de la maladie est souvent fatale pour nos animaux. Heureusement, des vaccins existent pour protéger les chats de manière préventive contre la panleucopénie féline. Demandez conseil à votre vétérinaire !

Comment prévenir la maladie ?

Étant donné la dangerosité de la maladie, mieux vaut prévenir que guérir ! Grâce à une vaccination contre le typhus félin, renouvelée tous les trois ans, votre chat sera protégé en permanence contre le virus.

Protégeons nos compagnons ! Le taux de mortalité peut atteindre 80% chez les chatons et 20 à 40% chez le chat adulte.

La leucose
Qu’est-ce que la maladie ? Comment mon chat peut-il l’attraper ?

La leucose est une maladie grave due à une infection par le virus leucémogène félin (FeLV), qui s’exprime par une diminution des défenses immunitaires. 

 

Très contagieuse, la leucose touche les chats fréquemment en contact avec leurs congénères, et donc habitués à sortir. 

 

Celle-ci se transmet par contact direct avec un chat infesté :

  • via une morsure ou une griffure ;
  • via un rapport sexuel ;
  • via un contact avec le sang ou la salive ;
  • par transmission de la mère au fœtus.

Le saviez-vous ? La leucose touche entre 2 et 10% de la population féline.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de la leucose ne sont pas toujours clairs et peuvent être plus ou moins sévères. De manière générale, la phase d’incubation (le délai entre la contamination et l'apparition des premiers symptômes de la maladie) est très longue et la maladie peut mettre des années à se manifester. 

 

Dans un premier temps, les chats contaminés par le virus présentent un ou plusieurs symptômes, discrets et passagers, comme de la fièvre ou des ganglions de taille augmentée.

 

La maladie peut ensuite passer inaperçue pendant de longues années car elle évolue très lentement, et, le plus souvent, sans symptômes très nets. 

 

Enfin, lorsqu’il se développe, le virus FeLV entraîne une immunodéficience, c’est-à-dire que le système de défense de l’organisme devient inefficace et ne peut plus lutter contre les agents pathogènes, ce qui rend le chat vulnérable à d’autres maladies. Durant cette phase, une anémie (une baisse anormale du taux d'hémoglobine dans le sang) et une leucopénie (diminution du nombre de globules blancs) sont parfois observées et affaiblissent encore plus le chat. 

 

La leucose peut aussi déclencher une insuffisance rénale chronique, et favoriser le développement de tumeurs cancéreuses, comme la leucémie.

Comment traiter la maladie ?

En cas de doute quant à la maladie, consultez au plus vite votre vétérinaire, qui effectuera éventuellement une prise de sang afin de la confirmer. 

 

Malheureusement, même si certains traitements permettent d’atténuer les symptômes ou améliorer le confort de l’animal, aucun traitement ne permet de guérir de la leucose.

Attention ! Un chat contaminé par la maladie reste porteur du virus jusqu’à la fin de sa vie et est donc contagieux pour ses congénères !

Comment prévenir la maladie ?

La vaccination, à renouveler tous les trois ans, reste la meilleure prévention contre la leucose. Parlez-en à votre vétérinaire !

La chlamydiose
Qu’est-ce que la maladie ? Comment mon chat peut-il l’attraper ?

La chlamydiose, ou chlamydophilose, est une affection des yeux des chats due à une bactérie appelée Chlamydophila felis (autrefois Chlamydia psittaci). 

 

Très contagieuse, la maladie se transmet par contact direct et est donc fréquente dans les lieux où les chats vivent en collectivité tels que les élevages ou refuges.

Quels sont les symptômes ?

Une fois infectés par la maladie, les chats présentent une conjonctivite (inflammation des yeux), des écoulements oculaires et nasaux ainsi que des éternuements.

 

Contractée par la chatte enceinte, la chlamydiose peut également provoquer un avortement.

Comment traiter la maladie ?

Non mortelle, la maladie se traite par la prise d’antibiotiques. Bien qu’elle disparaisse généralement après une soixantaine de jours, l’infection peut persister durablement chez certains chats.

Comment prévenir la maladie ?

Si votre chat est en contact régulier avec d’autres de ses congénères ou qu’il est prévu qu’il séjourne en pension, votre vétérinaire vous recommandera une vaccination contre la chlamydiose.

Même si le phénomène reste rare, le virus de la chlamydiose peut également se transmettre à l’homme, provoquant chez nous une conjonctivite bégnine.

La rage
Qu’est-ce que la maladie ?

La rage est une maladie systématiquement mortelle qui peut toucher tous les mammifères, y compris l’homme. 

 

La maladie se transmet via la salive d’un animal infecté et provoque généralement des dommages au cerveau résultant en un comportement agressif chez le chat. 

 

Le virus rabique étant très fragile, il ne survit pas dans l’environnement. Ainsi, les risques de contracter la maladie via un objet enduit de salive contaminée est faible.  

Le saviez-vous ? La rage est la seule maladie pour laquelle une vaccination est obligatoire lorsque vous voyagez avec votre chat. Parlez-en bien à l’avance avec votre vétérinaire : en cas de première vaccination contre la maladie, l’injection doit être effectuée au moins 21 jours avant votre départ ! Renseignez-vous également auprès de l’ambassade de votre pays de destination car certains Etats ont des procédures très longues et rigoureuses.

Quels sont les symptômes ?

La période d’incubation de la rage chez le chat varie de 15 à 30 jours… alors qu’elle peut mettre des années à se manifester chez le chien ! 

 

La rage peut se manifester sous diverses formes :

  • La rage dite « furieuse », assez rare chez le chat. Celle-ci se manifeste notamment par de l’agressivité, un changement de comportement, une modification de la voix et une paralysie progressive. 
  • La rage « muette », plus fréquente chez les chats. Plus difficile à diagnostiquer, elle se traduit par une paralysie des muscles de la mâchoire, tout d’abord, qui se généralise par la suite provoquant la mort de l’animal en quelques jours seulement.
Comment traiter et prévenir la maladie ?

Une fois la maladie diagnostiquée, il n’existe malheureusement aucun moyen de la combattre et l’issue en est fatale. 

 

La vaccination est à ce jour le meilleur moyen de protéger votre animal de la rage. Demandez toujours conseil à vote vétérinaire, surtout si vous envisagez un voyage avec votre compagnon.

BE-NON-20010005
Contactez-nous

Rejoignez la communauté ! Rendez-vous sur notre page Facebook pour faire le plein de trucs, astuces et conseils pour la santé et le bien-être de vos animaux ! 

Des questions, remarques ou suggestions ? 
Envoyez-nous un message via Facebook.