> Mon chien - Maladies > Les autres maladies communes
Les autres maladies communes

L’arthrose
Qu’est-ce que la maladie ?

Tout comme les humains, les chiens aussi peuvent souffrir d’arthrose, surtout quand la vieillesse s’installe !

 

L’arthrose est une maladie dégénérative qui affecte le cartilage articulaire, dont la principale fonction est d’amortir les chocs de la vie quotidienne.

 

Deux types d’arthrose peuvent toucher nos animaux de compagnie :

  • L’arthrose primitive, qui touche les chiens âgés et témoigne d’une usure progressive du cartilage. 
  • L’arthrose secondaire, qui touche les chiens à tous âges et se développe suite au dysfonctionnement, à la malformation ou au traumatisme subi par une articulation.

 

De manière générale, les articulations les plus touchées par l’arthrose sont : les hanches, les genoux, les coudes et les épaules.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de l’arthrose évoluent en fonction du développement de la maladie et il est nécessaire d’agir au plus vite, dès les premiers stades, afin de soulager au mieux votre animal :

  • Au début, le chien refuse progressivement de courir, sauter, peine à se déplacer ou boite, avec des douleurs chroniques. Après une période de repos, s’il reste couché longtemps, il montrera également des difficultés à se relever.
  • La douleur s’intensifiera par la suite provoquant chez votre chien des gémissements lors des déplacements, surtout en cas de froid, d’humidité ou d’exercices plus intenses. Il n’est pas rare qu’à ce stade les chiens, même les plus doux, cherchent à mordre leur propriétaire en cas de douleur.
  • Enfin, au dernier stade de la maladie, le chien perd une grande partie de sa mobilité, rendant certains mouvements impossibles.
Comment traiter la maladie ?

Afin d’établir le diagnostic de la maladie et déterminer le stade ainsi que la gravité de l’arthrose, le vétérinaire réalisera plusieurs examens ainsi que des radiographies.

 

En cas d’arthrose avérée, un traitement visant à soulager l’animal sera mis en place. En effet, une fois installée, l’arthrose ne peut malheureusement pas disparaitre.

 

Plusieurs mesures peuvent être adoptées afin de soulager les articulations du chien :

  • Maintenir l’activité physique afin de prévenir la fonte musculaire, tout en la modérant (courtes promenades).
  • Lutter contre une éventuelle surcharge pondérale de façon à ne pas accélérer l’usure du cartilage.
  • Adopter un régime alimentaire sain et adapté à votre animal. Votre vétérinaire saura vous conseiller au mieux sur le choix d’une alimentation adéquate.
  • Et éventuellement recourir à la chirurgie afin de corriger des malformations articulaires connues (dysplasie, ruptures ligamentaires).
L’insuffisance rénale
Qu’est-ce que la maladie ?

L’insuffisance rénale est une maladie menant à la destruction progressive des reins. Ceux-ci sont alors incapables de remplir leur fonction : éliminer les déchets et toxines présents dans le sang.

 

La maladie se décline en deux formes :

  • L’insuffisance rénale chronique : elle touche principalement les chiens âgés et est irréversible. Cette forme de la maladie est due, la plupart du temps, à des infections urinaires récurrentes, des tumeurs, des lésions du tissu rénal (causées par le diabète par exemple) ou encore à une dégénérescence liée à l’âge.
  • L’insuffisance rénale aigüe : sous cette forme, la maladie peut également toucher les chiens plus jeunes et se guérir, à condition d’en éliminer rapidement la cause. Les origines de la maladie peuvent être multiples :  une mauvaise circulation du sang au niveau du rein, des micro-organismes, des toxines, etc.
Quels sont les symptômes ?

L’insuffisance rénale chronique est souvent caractérisée par une augmentation de la soif et de la fréquence des urines. Avec le temps, les symptômes de la maladie évoluent et vous remarquerez chez le chien une tendance à maigrir, une diminution de l’appétit ou une fatigue et un état léthargique. Ces signes peuvent également s’accompagner de vomissements ou diarrhées.

 

En cas d’insuffisance rénale aigüe, les symptômes sont malheureusement peu caractéristiques, ce qui rend le diagnostic de la maladie compliqué :

  • Perte d’énergie.
  • Diminution ou perte totale d’appétit.
  • Troubles urinaires.
  • Vomissements et diarrhées.
  • Mauvaise haleine (odeur d’urée).
Comment traiter la maladie ?

Des analyses sanguines ainsi que divers examens chez votre vétérinaire permettront de déterminer si votre chien est atteint d’insuffisance rénale. 

 

Dans sa forme chronique, bien que la maladie soit irréversible, des traitements peuvent être administrés à votre chien afin de lui permettre d’augmenter sa qualité de vie. Votre vétérinaire vous recommandera surtout sur des mesures diététiques, privilégiant une alimentation contenant peu de phosphore et peu de protéines. Il est également conseillé d’éviter les friandises et restes de tables, potentiellement néfastes pour les reins de votre chien.

 

En cas d’insuffisance rénale aigüe, le traitement visera à rétablir le fonctionnement normal du rein via la prise de médicaments. 

 

Un suivi régulier de votre animal sera nécessaire afin d’évaluer l’avancement de la maladie et, si besoin, adapter les traitements.

Les maladies cardiaques
Qu’est-ce que la maladie ?

En fonction de la taille de votre chien, le cœur bat entre 50 et 200 fois par minute ! À chaque battement, du sang riche en oxygène est envoyé aux principaux organes vitaux et aux muscles, permettant le bon fonctionnement de l’organisme. 

 

En cas d’insuffisance cardiaque, les capacités de fonctionnement du muscle cardiaque diminuent : les battements deviennent moins réguliers ou moins efficaces et, dans les deux cas, le débit sanguin est réduit. 

 

Afin de contrer le phénomène, l’organisme met en place divers mécanismes, notamment en augmentant la fréquence cardiaque. Cette réaction permet à l’animal de conserver une activité et un comportement normaux. Cependant, en évoluant, la maladie cardiaque fatigue de plus en plus le cœur qui ne parvient plus à s’adapter en cas d’effort physique intense, puis modéré.

Quels sont les symptômes ?

Chez le chien, les premiers signes d’une insuffisance cardiaque sont visibles après une activité physique : votre animal, habituellement énergique, tolère moins bien l’effort et éprouve une fatigue inhabituelle.

 

Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, votre chien pourra souffrir de :

  • Tachycardie (augmentation du rythme cardiaque).
  • Malaises. 
  • Amaigrissement. 
  • Apparition d’un gros ventre. 
  • Diminution ou perte d’appétit.
  • Toux.

Si vous observez ces symptômes chez votre animal et qu’une visite de routine chez votre vétérinaire a déjà mis en lumière la présence d’un souffle cardiaque ou d’un rythme du cœur irrégulier, nous vous recommandons de prendre rendez-vous pour des examens cardiologiques plus poussés. 

 

Ceux-ci auront pour but de confirmer l’insuffisance cardiaque, d’en évaluer le stade et d’en rechercher l’origine.

Comment traiter la maladie ?

Le traitement mis en place par votre vétérinaire variera en fonction de la cause précise de l’insuffisance cardiaque. S’il n’est pas possible de la déterminer, le traitement aura pour objectif l’amélioration de la fonction cardiaque et du débit sanguin.

 

En cas de problèmes au cœur, il sera important de veiller à l’hygiène de vie de votre animal avec un régime alimentaire adapté (pauvre en sel). En cas d’obésité, il vous sera également conseillé de mettre en place un programme d’amaigrissement. Aussi, un chien souffrant de problèmes cardiaques doit éviter les efforts violents ou prolongés ainsi que le stress. 

 

Avec un suivi vétérinaire régulier et une bonne hygiène de vie, votre chien passera encore de nombreuses années avec vous !

La sécheresse oculaire
Qu’est-ce que la maladie ?

La sècheresse oculaire, également appelé kérato-conjonctivite sèche (KCS) ou syndrome de l’œil sec, est une maladie très fréquente chez le chien. Celle-ci est causée par la destruction irréversible des glandes lacrymales par le système immunitaire du chien. 
 

Par conséquent, le chien produit de moins en moins de larmes… jusqu’à ne plus en produire du tout si aucun traitement n’est mis en place.

 

Très irritante, la maladie assèche les yeux du chien, les rendant ainsi très douloureux. Aussi, sans larmes, ce dernier devient plus sensible aux infections oculaires. 

 

Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, la vue du chien commence à s’altérer jusqu’à ce qu’il devienne complètement aveugle !

 

Vue d’un chien normal. 

Vue d’un chien en stade avancé de KCS.

Quel est le risque que mon chien attrape la maladie ?

Très commune, la sécheresse oculaire affecte environ 1 chien sur 22 ! Bien qu’elle puisse survenir à tous les âges, la maladie est plus fréquente chez les chiens âgés. 

 

En outre, certaines races, surtout les chiens de petite taille, courent un risque plus élevé de contracter la maladie :

  • Le Cocker anglais.
  • Le Cavalier King Charles Spaniel.
  • Le West Highland white terrier.
  • Le Shih tzu.
  • Le Carlin.
  • Le Bulldog.
Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de la KCS étant assez subtils, surtout au début, et il est fréquent que la maladie passe inaperçue assez longtemps. Cependant, certains signes, répertoriés ci-dessous, peuvent vous alerter :

  • Des yeux qui semblent secs.
  • Une irritation des yeux : lorsque le chien les garde fréquemment fermés, les cligne ou les frotte régulièrement.
  • Des yeux rouges.
  • Un écoulement oculaire.
  • Un changement de couleur sur la surface oculaire (aspect bleu-blanc), parfois avec décoloration foncée ou avec formation de nouveaux vaisseaux sanguins.
  • Une inflammation récurrente des paupières ou des yeux.

 

En cas de doutes, consultez directement votre vétérinaire afin que celui-ci teste la capacité de votre animal de compagnie à produire des larmes.

Comment traiter la maladie ?

Détectée à temps, votre vétérinaire pourra vous prescrire un traitement quotidien permettant de stopper la progression de la maladie. Celui-ci fera disparaitre la douleur et sauvera la vue de votre chien, lui rendant la vie beaucoup plus confortable. 

 

Votre vétérinaire pourra également vous prescrire une pommade qui protège les glandes lacrymales, stimule la production naturelle de larmes et évite les inflammations. De plus, sachez qu’une opération est éventuellement possible.

BE-NON-191200012
Contactez-nous

Rejoignez la communauté ! Rendez-vous sur notre page Facebook pour faire le plein de trucs, astuces et conseils pour la santé et le bien-être de vos animaux ! 

Des questions, remarques ou suggestions ? 
Envoyez-nous un message via Facebook.