> Mon chien - Maladies > Les maladies endocriniennes

Les maladies endocriniennes

Le diabète

Le saviez-vous ?

  • Le diabète touche environ 1 chien sur 200.
  • Depuis quelques années, la maladie ne cesse d’augmenter. En cause : un mode de vie plus sédentaire et des changements dans l’alimentation.
  • Si votre chien est atteint de diabète, pas de panique : grâce à un traitement adéquat, il pourra mener une longue et heureuse vie à vos côtés.

Qu’est-ce que la maladie ?

Le diabète est une maladie chronique causée par une carence ou une mauvaise régulation de l’insuline dans l’organisme. 

 

Hormone produite par le pancréas (organe situé derrière l’estomac), l’insuline permet de réguler le niveau de sucre dans le sang et de faire en sorte qu’il soit utilisé comme source d’énergie par notre organisme. 

 

Chez un chien qui souffre de diabète, le pancréas connait un dysfonctionnement dans sa production d’insuline. Par conséquent, l’animal ne réussit pas à faire baisser son niveau de sucre sanguin. Le glucose s’accumule alors dans le sang, ce qui est à l’origine de différents troubles de santé pour l’animal.

Quelle est la probabilité que mon chien développe le diabète ?

Comme pour les humains, le diabète est une maladie commune chez nos compagnons à quatre pattes. On estime que la maladie touche environ 1 chien sur 200… et le phénomène est en hausse depuis quelques années. 

 

De manière générale, le diabète se développe chez les chiens d’âge moyen et certains facteurs, énumérés ci-dessous, augmentent le risque de contracter la maladie :

  • L’obésité : un animal en surpoids est un facteur de risque très important dans le développement du diabète. 
  • La non-stérilisation de la chienne : non stérilisées, les chiennes sont influencées par certaines hormones qui augmentent le taux de glucose pendant une période prolongée, pouvant ainsi causer la maladie.   
  • La prise de médicaments : l’administration de certains médicaments (corticoïdes) provoque des perturbations dans le métabolisme du sucre dans le corps.

De plus, s’il y a des antécédents de diabète dans la famille de votre animal, celui-ci a également un risque plus élevé de développer la maladie. 

 

De même, certaines races sont plus sujettes au diabète que d’autres :

  • L’épagneul Cocker.
  • L’épagneul Cavalier King Charles.
  • Le Teckel.
  • Le Caniche Miniature.
  • Le Samoyède.
  • Le Rottweiler.
  • Le Beagle.
  • Les Schnauzers.
Quels sont les symptômes ?

Le diabète s’exprime par différents symptômes faciles à repérer chez votre animal :

  • Une soif excessive.
  • Des urines abondantes (souvent aperçu car le chien devient malpropre).
  • Une perte de poids malgré un appétit accru : cela est dû à l’impossibilité de l’organisme d’assimiler correctement le glucose.
  • Un manque d’énergie, une fatigue. 
  • Un pelage terne et sec.

Le développement de la maladie est plutôt lent et discret mais les complications peuvent s’avérer dramatiques en l’absence d’un traitement adapté. 

 

En effet, à long terme, la maladie peut causer la cataracte et conduire à la cécité si le chien n’est pas pris en charge de manière appropriée. 

Comment traiter la maladie ?

Si aucun médicament ne permet de guérir la maladie, votre chien pourra mener une vie parfaitement normale et active s’il suit un traitement spécifique, que vous pourrez aisément lui administrer. 

 

Le traitement du diabète consiste en l’apport quotidien d’insuline. Dans la plupart des cas, l’insuline devra être administrée 2 fois par jour. 

 

Le propriétaire d’un chien diabétique devra donc apprendre à injecter l’insuline sous la peau de son animal. Heureusement, il existe aujourd’hui, tout comme pour les humains, des stylos injecteurs qui rendent l’administration d’insuline plus facile. 

La dose requise sera déterminée par le vétérinaire, qui calculera une quantité de départ d’après le poids de votre chien. Ce dernier suivra ensuite attentivement la santé de votre animal afin d’adapter les mesures si nécessaire. Durant cette phase, le vétérinaire contrôlera, avec un glucomètre, le taux de glucose sanguin à des moments précis après l’administration d’insuline. Une fois la bonne dose d’insuline déterminée, vous remarquerez rapidement une amélioration de l’état de santé de votre animal.

Votre vétérinaire vous consultera avant de définir le schéma de traitement exact, afin que celui-ci tienne compte au maximum des horaires de la personne qui s’occupera du traitement.

Parallèlement à l’administration d’insuline, le traitement d’un chien diabétique nécessite certaines adaptations, principalement alimentaires : 

 

  • Veillez à ce que votre animal ait une condition physique et un poids optimal.
  • Nourrissez-le avec des aliments spécialement conçus pour chiens diabétiques.
  • Présentez-lui son repas juste avant l’administration d’insuline. 

Comme la dose d’insuline dépend de la quantité de glucose dont votre animal a besoin chaque jour, une grande régularité dans l’alimentation est importante. Votre chien doit impérativement recevoir tous les jours la même quantité de nourriture, dont la composition doit être la plus constante possible.

 

En ce qui concerne les chiennes non-stérilisées, il est recommandé de les opérer afin de faciliter la prise en charge du diabète. Dans certains cas, d’ailleurs, la stérilisation permet une disparation spontanée du diabète !

Les petits trucs à retenir :

  • L’exercice physique est recommandé pour les chiens diabétiques, mais doit être régulier.
  • Si vous avez administré trop peu d’insuline à votre chien, ne lui donnez jamais une deuxième dose. Cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour votre animal.
  • Si votre chien présente les signes d’une glycémie trop basse (grande faiblesse, perte de conscience), il faut agir immédiatement pour élever le niveau de glucose de son sang. Si le chien est éveillé et est encore capable d’avaler, administrez-lui une solution sucrée dans la bouche à l’aide d’une seringue (sucre, miel, etc.). Si le chien n’est plus capable d’avaler, appliquez du miel ou du sirop d’érable sur ses gencives et contactez immédiatement le vétérinaire (dans cet état, ne lui donnez aucun liquide afin d’éviter qu’il ne s’écoule vers la trachée).

Apprenez à reconnaître les signes d’une hypoglycémie !

Lorsque le taux de glucose sanguin est trop bas, le cerveau de votre chien ne reçoit pas assez de carburant, mettant de cette manière sa vie en danger. Si ce phénomène peut survenir à n’importe quel moment de la journée, il se produit le plus souvent entre 3 et 7 heures après l’administration d’insuline.

 

Le premier symptôme d’une hypoglycémie chez le chien s’exprime par une faim inattendue et peut s’accompagner d’un état d’agitation ou, au contraire, de léthargie.

 

Si la glycémie continue de baisser, votre chien commencera à trembler ou à effectuer des mouvements étranges (chutes, trépignements). 

 

Enfin, le chien tombe dans un sommeil profond dont il est difficile, voire impossible, de le tirer. 

 

Dès l’observation des premiers symptômes d’une hypoglycémie chez le chien, réagissez au plus vite afin de faire remonter le taux de glucose dans son sang. Pour cela, donnez-lui immédiatement un repas. 

 

S’il n’est plus en état de manger ce repas, vous pouvez lui donner du sucre de raisin ou une solution avec du miel. Si l’état du chien ne s’améliore pas immédiatement, il est primordial de directement contacter votre vétérinaire.

Symptômes d’hypoglycémie chez le chien : 

  • Faim à des moments inattendus.
  • Agitation ou, au contraire, abattement.
  • Tremblements ou frissons.
  • Mouvements étranges (chutes, trépignements).
  • Sommeil profond dont il est difficile, voire impossible, de le tirer.

L’hypothyroïdie
Qu’est-ce que la maladie ?

L’hypothyroïdie est une maladie hormonale fréquente chez le chien due à un déficit de production des hormones thyroïdiennes

 

Ces dernières, produites par les glandes thyroïdes, localisées dans le cou, jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement normal de l’organisme et la régulation du métabolisme : pousse des poils, température du corps, fonctionnement cardiaque, etc. 

 

La maladie touche toutes les races de chiens, aussi bien les mâles que les femelles, et se déclare généralement entre 2 et 6 ans.

Quels sont les symptômes ?

Lorsqu’elles ne sont pas produites en quantités suffisantes, les hormones thyroïdiennes impactent le fonctionnement normal du chien, résultant en divers symptômes : 

  • Un manque d’énergie, une fatigue.
  • Des troubles du comportement.
  • Une prise de poids.
  • Une perte de poils, une baisse de la qualité du pelage.

Les symptômes et leur intensité variant d’un chien à l’autre, il n’est pas aisé de détecter la maladie. En cas de doutes, nous vous conseillons de toujours consulter votre vétérinaire. 

Comment traiter la maladie ?

Divers examens chez votre vétérinaire permettront de déterminer si votre chien souffre d’hypothyroïdie. Le traitement de la maladie repose sur l’administration à vie d’une hormone thyroïdienne de remplacement. Très simple et peu contraignant, ce traitement améliorera rapidement la santé de votre animal, dont les poils retrouveront leur aspect d’origine en quelques semaines.

 

Un suivi vétérinaire régulier sera ensuite nécessaire afin de contrôler le taux d’hormones thyroïdiennes de votre compagnon. Grâce à un bon traitement, votre chien pourra vivre une belle et longue vie à vos côtés !

BE-NON-191200012

Contactez-nous

Rejoignez la communauté ! Rendez-vous sur notre page Facebook pour faire le plein de trucs, astuces et conseils pour la santé et le bien-être de vos animaux ! 

Des questions, remarques ou suggestions ? 
Envoyez-nous un message via Facebook.